Colza

title line1
Culture précoce, en effet le semis est généralement réalisé de mi-août (Est de la France) à mi-septembre (Sud-Ouest). L'essentiel de son cycle végétatif se déroule généralement avant l'apparition de déficits hydriques importants.
title line1

 

Caractéristiques générales

colza-arc-en-cielCulture précoce, en effet le semis est généralement réalisé de mi-août (Est de la France) à mi-septembre (Sud-Ouest). L’essentiel de son cycle végétatif se déroule généralement avant l’apparition de déficits hydriques importants. Le colza s’adapte assez bien aux sols dont les réserves en eau sont faibles. Il supporte le froid durant l’hiver et possède des facultés de récupération au printemps grâce à sa capacité à développer des branches secondaires.

En automne le colza consomme d’importantes quantités d’azote (selon les situations, de 10 à 25 % de ses besoins finaux, parfois jusqu’à 100%).

Particulièrement exigeant en azote, phosphore et soufre, le colza est moins exigeant en potassium et magnésium.

 

Courbe type d'absorption - Colza 28q/ha

courbe absorption colza

Centre de recherches d’Aspach, Ministère de l’agriculture

 filet02

 

Calcul de la fertilisation

Le calcul est réalisé séparément pour l'azote selon la méthode COMIFERCOMIFERDéfinition: Comité français d'études et de développement de la Fertilisation raisonnée...
du bilan prévisionnel et pour le phosphore et le potassium selon une autre méthode COMIFERCOMIFERDéfinition: Comité français d'études et de développement de la Fertilisation raisonnée...
utilisant les exportations comme base de calcul.

 

Exportations des principaux nutriments

Colza Exportations

Export.
Plante entière

grain paille
35 q/ha 4 t/ha
En kg de N /ha 150 100 250
En kg de P2O5 /ha 44 7 51
En kg de P /ha 19 3 22
En kg de K2O /ha 30 58 88
En kg de K /ha 25 48 73
En kg de SO3 /ha 25 38 63
En kg de S /ha 10 15 25
En kg de MgO /ha 12 3 15
En kg de Mg /ha 7 2 9

Sources :
N : Unifa
P, K, Mg : Comifer 2007
S : Kali K+S

 

Azote : méthode du bilan prévisionnel

peseeLe colza peut s’enraciner profondément si les conditions de croissance et la profondeur du sol le permettent (jusqu’à 120 cm). En revanche, son système racinaire pivotant est très sensible à la structure du sol.
Compte tenu de son aptitude à absorber l’azote pendant la phase automnale de son cycle (selon les situations, de 10 à 25 % de ses besoins finaux, parfois jusqu’à 100%), le reliquat d’azote minéral du sol à l’ouverture du bilan est généralement faible (de l’ordre de 30 kg N/ha) si la culture a levé tôt (fin août à début septembre selon les régions). Un bon indicateur de ce faible reliquat est le rougissement des feuilles. Ce reliquat peut néanmoins être plus élevé dans les systèmes de culture conduisant à de fortes disponibilités en azote minéral à l’automne.
L’époque d’ouverture du bilan se situe à la fin de l’hiver juste avant la reprise d’une croissance active (sortie hiver).
La pesée de la biomasse aérienne du colza, un indicateur de fourniture d’azote plus pertinent que l’analyse de reliquat d’azote du sol
Le colza a une forte capacité à extraire l’azote minéral du sol durant l’automne. C’est la quantité déjà absorbée par la culture que l’on a besoin d’estimer.
C’est généralement à ce moment que doit être mesurée la quantité d’azote absorbé par la culture. Toutefois, dans les situations où les froids hivernaux risquent de conduire à de fortes chutes de feuilles vertes consécutives au gel, il est conseillé de réaliser aussi une estimation de la quantité d’azote absorbé par la culture à l’automne, avant les premiers froids (entrée hiver).
En effet, une partie (estimée à 50 %) de l’azote organique restitué au sol par l’intermédiaire de ces feuilles vertes gelées peut être minéralisée aux printemps et être absorbée par la culture en place. Cette quantité est prise en compte en considérant comme quantité d’azote absorbé par la culture à l’ouverture du bilan la moyenne des quantités absorbées à l’entrée et à la sortie de l’hiver.
Alternatives : méthodes de télédétection par satellite ou analyse d’image au sol appli YARA

 

P & K

caren-PK ICL-FertilizersLe colza est particulièrement sensible à une déficience en phosphore et en soufre. Il est moins sensible aux déficiences en potassium et en magnésium, alors même que l’absorption en potassium est importante.
Il est donc classé selon le Comifer comme culture très exigeante en phosphore et moyennement exigeante en potassium.
Le colza a des besoins quantitatifs en phosphore et potassium importants sur les mois d’avril et de mai mais il est sensible à la déficience en phosphore dès l’implantation de la culture à l’automne.

Recommandations d’apport en P & K– d’après méthode COMIFERCOMIFERDéfinition: Comité français d'études et de développement de la Fertilisation raisonnée...
2009
Exemple d’un Colza pour un objectif de 35 q/ha

Réserves du sol          Sol peu pourvu               Sol correctement pourvu           Sol très bien pourvu
Passé
de fertilisation
Pas d'apport
depuis 2 ans

Apport
régulier

Pas d'apport
depuis 2 ans
Apport
régulier
Pas d'apport
depuis 2 ans
Apport
régulier
En kg
de P2O5/ha
163 97 66 44 35 0
En kg de P/ha 71 42 29 19 15 0
En kg de K2O/ha 66 48 36 24 0 0
En kg de K/ha 55 40 30 20 0 0

 

Pratiques de fertilisation

Azote

En principe, aucun apport d’azote n’est préconisé à l’automne. Toutefois la localisationlocalisationDéfinition: Action de placer l'engrais dans une zone bien définie : Localisation « starter » en ligne à quelques cm de la semence et de la surface du sol Localisation profonde dans l'inter-rangs, dans la zone de prospection des racines avec l'utilisation d'un coutre enfouisseur. ...
d’un engrais minéral phosphaté NP ou NPK est autorisée par la réglementation en zone vulnérable dans la limite d’un apport maximum de 10kg N/ha. En effet l’arrêté paru au JO du 31 octobre 2013 portant sur le programme d’actions national en application de la directive nitrate exempte la localisationlocalisationDéfinition: Action de placer l'engrais dans une zone bien définie : Localisation « starter » en ligne à quelques cm de la semence et de la surface du sol Localisation profonde dans l'inter-rangs, dans la zone de prospection des racines avec l'utilisation d'un coutre enfouisseur. ...
en ligne d’engrais minéraux du calendrier d’interdiction d’épandage à l’automne (Art 3, III, 4°). Cette pratique est jugée innovante par les ministères qui considèrent que le risque de fuite de nitratesnitratesDéfinition: Sel de l’acide nitrique apportant l’azote sous forme nitrique NO3- ....
est très minime. La quantité d’azote apportée est enregistrée dans le cahier d’épandage avec l’indication d’une localisationlocalisationDéfinition: Action de placer l'engrais dans une zone bien définie : Localisation « starter » en ligne à quelques cm de la semence et de la surface du sol Localisation profonde dans l'inter-rangs, dans la zone de prospection des racines avec l'utilisation d'un coutre enfouisseur. ...
en ligne au semis.
Cette technique convient parfaitement au colza, elle favorise la croissance du système racinaire capable d’exploiter les réserves du sol en éléments nutritifs et ainsi permet de diminuer la quantité d’engrais utilisée.

Le fractionnement en plusieurs apports de la dose totale d’azote est recommandé dès lors qu’elle est supérieure à 60-80 kg N/ha.

Les recommandations actuelles en France tiennent compte de l’état de croissance de la culture à la sortie de l’hiver et de la dose totale à apporter :

  • dans les situations où la quantité d’azote absorbé à la sortie de l’hiver est faible et où la dose d’azote à apporter est supérieure à 170 kg N/ha, une stratégie en trois apports sera privilégiée :
    • 40-50 kg N/ha au plus au premier apport, à la reprise de végétation (éviter de réaliser un premier apport élevé sur les petits colzas dont les capacités d’absorption sont limitées au moment de la reprise, car l’utilisation de l’engrais apporté est alors faible)
    • 60-70 kg N/ha au troisième apport, au stade boutons séparés (E)
    • le reste entre les deux, au stade boutons accolés (C2-D2) ;
  • dans les situations où la quantité d’azote absorbé à la sortie de l’hiver est moyenne et où la dose à apporter est comprise entre 100 et 170 kg/ha, celle-ci doit être fractionnée en deux apports (au moins) :
    • 60 à 80 kg N/ha au stade C2-D1 ;
    • le reste entre le stade D1 et le stade D2-E selon les régions ;
  • dans les situations où la quantité d’azote absorbé à la sortie de l’hiver est élevée et où la dose à apporter est inférieure à 100 kg/ha, un ou deux apports suffisent ; s’il n’y a qu’un apport, il convient de l’effectuer du stade D1-D2 au stade D2-E selon les régions, sinon de faire le premier vers le stade C2-D1 et le deuxième au stade D2-E.
  • dans les situations de gros colza à l’entrée de l’hiver et de forte défoliation pendant l’hiver, la dose d’azote n’est pas nécessairement très élevée ; les plantes peuvent avoir du mal à redémarrer sur les seules réserves racinaires ; un apport précoce et réduit, 40-50 kg N/ha à la reprise de végétation, peut permettre à la culture de passer ce cap.

Dans bon nombre de situations, c’est l’apport de soufre qui conditionne la dose d’azote d’un des apports (2ème apport pour les stratégies en 3 apports et 1er apport pour les stratégies en 2 apports).
L’ajustement à la dose totale est alors réalisé sur le dernier apport.

 

Soufre

Colza SLe colza étant une culture particulièrement sensible à une déficience d’alimentation en soufre, on retiendra un apport vers le stade C2 de 75 à 100 kg/ha SO3 en sols superficiels et/ou filtrants 50 à 75 kg/ha en sols profonds.




Recommandation Cetiom sur l’apport systématique et forfaitaire de soufre –sulfate.   ▶ À lire aussi

P, K, Mg

Quand faut-il apporter les engrais P, K et Mg ?
L’apport avant le semis du colza présente plusieurs avantages :

  • sol portant,
  • temps disponible pour l’épandage,
  • incorporation des engrais par le travail du sol.

Cette incorporation facilite l’absorption en plaçant les éléments peu mobiles dans une zone mieux explorée par les racines et plus souvent humide.
L’apport en sortie d’hiver à la reprise de végétation permet d’y associer de l’azote et éventuellement d’autres éléments fertilisants (soufre, magnésium, oligo-éléments...)

 

Valoriser l'azote par une bonne alimentation en P et K

Le coût élevé de l’azote peut inciter à faire des économies sur les autres engrais. En réalité un apport régulier en P et K permet de mieux valoriser l’azote et d’obtenir des rendements plus élevés.

 

Interaction Azote-Potasse sur colza
essai SC PA Les Touches de Périgny (17)

interaction azote potasse sur colza

L'entretien de la fertilité du sol assure une alimentation
non limitante en P et K et valorise les autres intrants.

 filet02

 

Oligo-éléments

Le colza est sensible à la carencecarenceDéfinition: Absence, présence insuffisante ou défaut d’assimilabilité d’un élément indispensable à la vie végétale. On distingue habituellement : carence vraie et carence conditionnée ou induite....
en bore et en molybdène.

Une correction en bore peut être réalisée au sol avant semis ou par voie foliaire au printemps. Une correction en molybdène peut être réalisée par voie foliaire au printemps.

Fiche FERTI-pratiques n°01 Colza et céréales, de vrais besoins en P & K    ▶ Télécharger

 

Quelques symptomes de carencecarenceDéfinition: Absence, présence insuffisante ou défaut d’assimilabilité d’un élément indispensable à la vie végétale. On distingue habituellement : carence vraie et carence conditionnée ou induite....

Les situations illustrées ci-dessous représentent des cas critiques. Il convient de ne pas en arriver à ce stade pour prendre une décision de traitement.
Bien des situations de carencecarenceDéfinition: Absence, présence insuffisante ou défaut d’assimilabilité d’un élément indispensable à la vie végétale. On distingue habituellement : carence vraie et carence conditionnée ou induite....
s ou sub-carencecarenceDéfinition: Absence, présence insuffisante ou défaut d’assimilabilité d’un élément indispensable à la vie végétale. On distingue habituellement : carence vraie et carence conditionnée ou induite....
s ne sont pas décelables à l' oeil et pourtant les conséquences sur la production sont bien réelles.

symptomes caren colzaV2

Source : K+S KALI France, Guide des carencecarenceDéfinition: Absence, présence insuffisante ou défaut d’assimilabilité d’un élément indispensable à la vie végétale. On distingue habituellement : carence vraie et carence conditionnée ou induite....
s minérales en grandes cultures